Voyage intergalactique

Voici un petit extrait de la première version de mon roman de science fiction! C’était le passage où Emmanuelle, mon héroïne, se trouvait en orbite autour de la Terre et allait partir pour cet autre monde, celui de « ma » société idéale 😉 Un passage que j’aimais bien. Et qui ne sera pas dans la version finale vu que mon roman a complètement changé (ou est en cours de… comme je vous l’ai dit, c’est en stand by!)

(…)

Il avait prit cette voix veloutée, ce ton précis qui sait si bien rassurer Emmanuelle qui s’était tue, et regardait à nouveau par le hublot. De la Terre on voyait à cet instant le bleu de l’océan Atlantique tacheté ci et là de blancs nuages, et l’Europe se déroulait sous ses yeux ébahis tel un tapis de pelouse verdoyante. De là haut , on ne pourrait dire que des hommes y vivent et y ont construit des choses qu’ils ont osé nommer gratte ciel quand ils ne sont en réalité qu’insignifiants. Si tous les hommes pouvaient monter là haut au moins une fois dans leur vie, leur conception du monde en serait sans doute changée à jamais. Ils pourraient enfin cesser de se pendre autant au sérieux et saisiraient mieux la relativité des choses. Peut être seraient-ils plus humbles face à tant de grandeur? Un jour peut-être… Elle contemplait la Terre et repensait à ces années passées à la parcourir de long en large, aux gens qu’elle y avait croisé, à ses parents qui devaient être là, quelque part dans cette étendue verte, à ceux qu’elle avait laissé derrière elle en prison, Régine, la Révolution… Elle eût soudain le sentiment coupable d’abandonner les Hommes à leurs affres imbéciles. Il lui semblait qu’elle ne reviendrait plus avant longtemps. La culpabilité cédait peu à peu la place à la tristesse, jusqu’à lui monter aux yeux. Elle pleurait.

La Terre… ma belle Terre toute bleue, ma Planète, ma Mère, mon Origine à moi… Je la regardais du hublot rond comme elle et qui l’encadrait parfaitement, on aurait dit un tableau accroché sur le mur des cieux. Je buvais sa vision comme d’un nectar divin qui enivre, qui vous fait sentir des choses qu’on ne soupçonnait pas. Je n’avais pas pris la peine d’être choquée devant tant de beauté. Je ne savais qu’être fascinée. Quand cette vision sublime se déroba à moi, quand le tableau rond se dérocha du ciel, quand la dernière goutte du nectar s’évapora dans l’air, c’est l’Exil qui m’ouvrit ses bras. Déchirement. Un immense gouffre s’ouvrait sous mes pieds. Mes racines pendaient dans ce vide. Immense peine d’avoir perdu les miens, de ne plus pouvoir contempler mon horizon, de ne plus pouvoir habiter ma maison , ma Terre. En cet instant je compris que l’Humanité entière était ma famille, que chaque homme était mon père, ma mère, mes frères , mes soeurs et mes enfants que je devais chérir. J’avais compris que ma place pouvait être dans n’importe quelle pièce de cette grande maison que j’avais tant couru. Il avait fallu que je me perde dans l’univers pour finalement me retrouver. Il avait fallu que je rencontre l’Autre pour savoir qui j’étais. L’identité ne se construit que dans la rencontre de l’altérité…

J’avais tellement peur… Je redoutais de ne jamais plus revoir la Terre, comme si en se dérobant de ma vue elle disparaissait de l’Univers, comme si en m’éloignant d’elle , elle ne voudrait plus de moi, comme si en mon absence les hommes en ferait n’importe quoi et que je prenais le risque de n’y retrouver que des cailloux! Moins que de la voir disparaître, je craignais plus encore de n’avoir en main qu’un aller simple, et que là où j’allais je vieillirais en rêvant toujours d’un impossible retour. C’est pourquoi j’avais vécu ce départ comme un exil et non comme un voyage. Mais j’ignorais alors tout de cet Autre qui m’avait ainsi portée plus loin que je n’avais osé rêver, j’ignorais la beauté de ce Nouveau Monde qui n’attendait que moi, j’ignorais le destin que là bas , on m’avait prédit depuis des milliers d’années!

Publicités
Catégories : Naissance d'un roman | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :