Naissance d’un roman VIII : le temps.

Etant donné l’absence de publications nouvelles sur le blog depuis plusieurs mois , il apparait nécessaire de dire pourquoi. Que se passe t-il? Le projet de roman aurait-il été abandonné? La réponse est non. Mais quand on se lance dans un tel projet, il faut avoir conscience que ça va prendre beaucoup de temps, surtout pour un premier roman.

Et justement le temps parfois, souvent, on en manque cruellement. Peu nombreux sont ceux qui peuvent vivre de l’écriture et ainsi s’y adonner à temps plein, et il est alors difficile de se concentrer sur l’écriture quand on cumule plusieurs autres activités dévoreuses de temps. Aussi le projet de mon roman a fini par se retrouvé mis en stand by, mais enfin, c’est relatif. C’est relatif parce que ce n’est parce qu’on écrit plus qu’on ne pense plus.  J’ai imaginé l’histoire, j’en ai conçu le squelette, j’ai créé des personnages, j’ai commencé la rédaction. Mais au delà de la fiction , ce roman veut dire quelque chose sur le monde et notre société, il se veut aussi porteur d’une réflexion, et il veut offrir un exemple d’un autre modèle de société, une société « idéale » , une parmi d’autres possibles. Et un tel projet ne peut être pris avec trop de légèreté ni être réalisé à la va vite, surtout pour une perfectionniste comme moi. Confrontant mes idées avec d’autres, je me suis aperçue de certaines failles et de certaines questions non résolues , et finalement de la nécessité de pousser plus loin la réflexion, de prendre le temps de la mûrir et de la nourrir . Construire un modèle de société complètement nouveau n’est pas chose aisée et nécessite la prise en compte d’un grand nombre de variables, et donc aussi, d’approfondir ses connaissances dans des domaines variés.

Il n’était pas possible pour moi de poursuivre la rédaction d’un livre dont les bases n’étaient pas encore assez solides. Et comment aller plus avant même dans l’histoire, quand le modèle de société dans laquelle elle se déroule n’est pas encore bien définit? Comment être cohérant dans ces conditions? Il apparait donc nécessaire parfois – même si je prône normalement la régularité dans l’écriture – de poser son stylo et de prendre du recul. Ne pas se hâter.

Publicités
Catégories : Naissance d'un roman | Étiquettes : , , | 3 Commentaires

Navigation des articles

3 réflexions sur “Naissance d’un roman VIII : le temps.

  1. Moi aussi j’écris un roman mais différemment de toi, dès que j’ai écrit un peu je le poste sur mon blog, ça donne un bien moins bon résultat mais ça me motive plus. ^^

  2. Anonyme

    écris le n’en parles pas

  3. Pingback: Je repassais par là… | Le poids de ma plume

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :