De l’usure… et des rêves

Elle aimait voyager, elle avait des passions, mais plus le temps passait et plus elle ployait sous les contraintes de temps, d’argent, des difficultés quotidiennes jalonnant toute vie banale. Elle voyageait de moins en moins, se sentait s’engluer dans l’immobilisme et l’ennui du Quotidien, de la Routine, de la Sobriété. Le feu des passions se mourrait en elle, elle se sentait faner, il n’y avait plus entre ces ses mains qu’un malheureux charbon noir. Elle avait parfois tendance à se recroqueviller et s’isoler, comme pour se fermer au monde qui lui devenait de plus en plus lointain et austère, instaurant une distance entre ce quotidien insupportable qu’elle vivait et l’univers fantasque où évoluait son esprit. Ce n’était pas une frontière qui séparait ses rêves de la réalité, c’était un trou noir qui se trouvait au milieu. L’un ne pouvait rejoindre l’autre sans y être aspiré.

Et elle serait devenue folle. Pour l’instant, elle s’était résignée à cet état de fait, elle avait accepté qu’il y eut deux mondes: celui de ses rêves et celui de la réalité. Mais tout son être tendait à faire se rejoindre les deux. Elle savait que la seule solution, était de changer l’un ou l’autre afin qu’ils se ressemblent le plus possible. Mais elle ne voulait pas changer ses rêves , elle voulait changer la Réalité.

Publicités
Catégories : Mes miettes, Poésie et prose | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :