Mongolie

Mongolie

Il est tard, ou bien trop tôt, mais qu’importe

Ici le temps se repose.

Dans ton sein il a trouvé son refuge,

Le lieu où il peut être sans fin ni début

Où il n’a même pas besoin de passer.

Il est juste là, avec toi et moi,

Et le monde autour.

Immuable, Immobile,

La vie pourtant demeure en ce lieu,

On y croirait pas.

On ne vit pas ici, on est la vie,

Les montagnes , les rivières et les bêtes,

Les bêtes qui sont cent fois la vie,

Cent fois la vie qui broute, qui respire,

Mongolie.

Publicités
Catégories : Poésie et prose | Étiquettes : , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :