Utopie et Pantopie

Vous aurez certainement remarqué le curieux nom donné à ce blog. Au départ, ce blog s’appelait « Le poids de ma plume » puis je l’ai changé en « Utopie » puis pour finir, fâchée contre l’idée d’irréalisme voir d’irrationalité qui accompagne ce mot, rendant toute idée y étant associée comme étant tout bonnement  farfelue, j’ai alors décidé de le renommer par son parfait contraire: la pantopie.

En effet, un petit détour par wikipédia nous apprend que le terme « utopie » vient du grec « οὐ-τοπος » qui signifie « en aucun lieu », c’est à dire, « qui n’existe pas ». En soi donc, on ne peut pas dire que toute utopie soit par définition impossible: ce n’est pas parce que quelque chose n’est pas que cette chose ne sera pas. Ni qu’elle ne peut pas être. Pourtant, dans l’imaginaire collectif, une utopie est pratiquement synonyme de chimère, sans doute parce que les utopies ont toujours été situées soit dans un obscur passé, soit dans un inaccessible futur, soit encore, dans un improbable ailleurs. L’utopie, c’est ce qui n’est pas à notre portée. C’est ce qui n’est pas. Ca semble toujours lointain, trop lointain. Inatteignable. Et alors dès qu’on parle d’utopie, ou bien on ne nous prend pas ou sérieux, ou bien on nous prend pour un fou. Aujourd’hui, on « traite » même les gens qui osent défendre des valeurs et un monde meilleur d’utopistes, et alors ça devient presque un gros mot. Ca veut dire « n’écoutez pas ces gens là, ils n’ont pas les pieds sur terre ».

Or moi, comme je l’ai dis dans un de mes articles sur ce blog, je pense que l’on peut avoir les pieds sur terre et la tête dans les nuages. Je pense que vouloir un monde meilleur, viser la justice, ce n’est pas l’utopie, mais c’est être pleinement humain. Je pense que l’utopie, dans le sens d’irrationnel, c’est le monde qui est aujourd’hui. « L’utopie, c’est le réalisme de notre temps. » Ainsi, je pense que je ne suis pas une utopiste. Je pense que je suis au contraire une pantopiste.

En grec, le préfixe « pan » signifie « partout », le contraire donc, de « nulle part » signifié par le mot « utopie ». En cherchant sur internet, j’ai réalisé que ce mot, s’il ne se trouve pas dans le dictionnaire, existe cependant déjà: on est rarement le seul à avoir la même idée 😉 Sur ce site, on trouve l’explication de l’origine du mot et une définition plus précise:

Le mot pantopie a été utilisé par Michel Serres dans La légende des anges en 1993, arguant que tous les lieux sont en chaque lieu et chaque lieu en tous lieux. Sans avoir connaissance de cette référence, il a été employé pour la présentation du système UNIDEO en 1998, dans l’idée d’une « entreprise de tous les lieux ». L’indéfinition actuelle est la suivante : « Manière de penser et vivre le monde en sa pleine diversité accordant à chaque lieu, à chaque être, l’importance et la dignité auxquelles il a droit, tout en le replaçant dans un vaste réseau de correspondances spatio-temporelles, de reconnaissance mutuelle et de responsabilité commune où il prend tout son sens. »

Oui. Je suis une pantopiste 🙂

 

Publicités
6 Commentaires

6 réflexions sur “Utopie et Pantopie

  1. Oniric

    Eh bien nous avons de la parenté de pensée! Moi aussi je veux être pantopiste! 🙂 Merci pour ces explications. J’aime apprendre quelque chose de nouveau tous les jours. Il est 9h35 chez moi, j’ai même pas pris mon 2e café, et voilà c’est déjà fait! Ça va être une belle journée… merci!

    • Merci, again! Vous êtes certainement déjà un pantopiste! Je crois que l’on ne le devient pas, je crois simplement qu’un jour, on découvre qu’on l’est 🙂

      • Oniric

        Trop vrai. Il en va de cela comme beaucoup d’autres choses qu’on n’est que lorsqu’on les nomme vraiment. Vous m’avez fait découvrir non seulement un mot, mais tout un univers. Ce n’est pas rien!

  2. David

    Une variable. L’homme.

    J’aime les gens. D’ailleurs, j’en ai aimé beaucoup. Mais en retour, j’en ai perdu 2X plus. Surtout une, plus particulièrement.

    J’étais très certainement pantopiste, chaque être vivant se voit affublé d’un souffle et ce souffle est précieux…

    Depuis un recoin sombre de ma mémoire, ce souffle est devenu rauque perfide.

    J’ai chuté, je suis maintenant un Nihiliste. Une simple ombre dans ce noir univers qu’est le nôtre.

    Non, j’aime toujours les gens et j’aimerais avoir un « monde meilleurs ». Mais pour l’instant ces « gens », m’ont fait bien trop de mal, quand j’essayais de m’approcher.

    Nous n’avons pas tous de la chance et je regrette de ne pas avoir été assez fort pour rester « pantopiste » malgré mes… « petits malheurs ».

    • Anonyme

      LA SUFFISANCE EN NOUS EST LE DIABLE ELLE NOUS POURI ET NOTRE MONDE AVEC.adorons dien en esprit faux se réveiler frero ;évangile de jésus de la paix

  3. J’aurais pu dire chaque mot que vous prononcez ici ! Alors, voilà, je suis pantopiste, je le découvre avec vous aujourd’hui, et j’avoue même que j’en suis assez fière !
    Merci pour cette trouvaille, pour ctte nouvelle porte qui s’ouvre sur des possibles et merci aussi à Michel Serres qui est un grand Monsieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :